les autres types de défiscalisation

Il existe de nombreux moyens qui permettent au contribuable de bénéficier d’avantages fiscaux. Vous n’êtes pas obligés de compter uniquement sur les défiscalisations immobilières et financières. De plus, chacune de ces méthodes de défiscalisation est encadrée par un code légal. Elles ont au moins deux avantages : la réduction d’impôts et la constitution d’un patrimoine qui pourront servir à créer des revenus complémentaires.

Investir dans les œuvres d’art est une première solution pour les particuliers ou les entreprises, toutes fortunes confondues. Elles bénéficient d’une fiscalité spécialement attrayante et contribueront au mieux à l’optimiser votre fiscalité du patrimoine. Ce placement allège une partie de l’impôt sur la fortune.

Être membre d’un syndicat professionnel représentatif de la défense des salariés ou fonctionnaires est une seconde solution pour profiter de réduction d’impôts. Cependant, la baisse ne sera pas effective si le contribuable a choisi la déduction des frais réels. La réduction est de 66 % des cotisations versées dans l’année dans la limite de 1 % du montant des salaires, des traitements, des pensions ou des rentes viagères moins les cotisations sociales déductibles.

Faire régulièrement des dons à des associations d’utilité publique ou à des organismes d’intérêt général à but non lucratif permet d’avoir des réductions d’impôts (66 à 75 %). La générosité des contribuables contribue à diminuer leur fiscalité et l’État encourage cette pratique. Ces dons peuvent se faire de différentes manières : argent, biens ou abandon de revenus. S’ils excèdent 20 % du revenu imposable, le surplus est différé sur les 5 années suivantes.

Employer un salarié à domicile pour améliorer son confort de vie (garde d’enfants, aide aux personnes âgées…) permet aussi de bénéficier de réductions d’impôts (50 % des frais). Mais, seuls les emplois à caractère familial ou domestiques sont acceptés et le service est plafonné à 12 000 euros avec quelques exceptions.

Investir sur les sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (SOFICA) permet de bénéficier de 36 % à 43 % de réduction sur l’impôt sur le revenu.

Investir dans certaines entreprises (constitution ou augmentation de capital) est une autre solution pour les particuliers ou les entreprises, toutes fortunes confondues, souhaitant profiter d’exonérations d’impôts (18 %). Les responsables ou employés d’entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale ou libérale peuvent déduire les intérêts d’emprunts contractes pour la souscription au capital sans dépasser, chaque année, 50 % du montant brut de la rémunération versée à l’emprunteur par la société ou 15 250 euros. La déduction est valable tant que l’emprunteur tolère la charge des intérêts d’emprunts.