Est-il possible d’alléger ses impôts par l’emprunt immobilier ?

Le crédit immobilier reste la solution la plus choisie par les Français afin de financer l’achat d’un bien foncier. D’autant plus que ces temps-ci, on profite d’un taux moyen d’emprunt bien plus bas que ce qui s’est pratiqué il y a une quinzaine d’années. Bien évidemment, rembourser ce crédit signifie une augmentation des charges mensuelles. Il est clair que tout moyen permettant de diminuer ces dernières sera toujours le bienvenu. À ce propos, peut-être avez-vous déjà entendu dire qu’un prêt immobilier peut réduire la note fiscale.

Comment l’investissement en immobilier locatif permet-il de réduire sa note fiscale ?

L’investissement en immobilier locatif vous offre l’occasion de déduire de vos revenus fonciers les intérêts payés sur un crédit immobilier. Et donc, par la même occasion, de réduire vos impôts. En réalité, en ce moment, c’est le seul type d’investissement qui vous permet de profiter d’un tel avantage et de réduire vos frais mensuels. En passant, si vous envisagez de faire un emprunt pour un immobilier locatif, il convient de passer d’abord par un comparateur de crédit immobilier, afin de réduire davantage la note. Par ailleurs, sachez que, dans le cas d’un investissement locatif, il peut être très intéressant d’emprunter plus, afin de mieux tirer profit des avantages qui y sont liés.

Pour pouvoir en tirer parti, vous devez faire la déclaration de vos revenus sur vos biens immobiliers mis en location, en plus de vos revenus d’activité. Aussi, les loyers bruts hors charges que vous percevez doivent être déclarés sous le régime réel. Puis, vous avez la possibilité de déduire la plupart des frais qui se rapportent à vos biens immobiliers en location.

Au nombre de ces frais, on peut mentionner notamment les intérêts d’un crédit immobilier. Ces intérêts peuvent être soustraits des loyers et vous offrent donc la possibilité de payer moins d’impôts sur vos revenus fonciers. De plus, les travaux de rénovation ou d’entretien engendrent souvent des dépenses plus importantes que les revenus locatifs. Il s’agit donc d’un déficit foncier. Dans ce cas, vous pouvez le retrancher de vos autres revenus ou sur vos futurs revenus locatifs.

Qu’en est-il de l’emprunt pour une résidence principale ?

Certains pourraient encore soutenir qu’il est possible d’avoir une déduction fiscale sur une résidence principale. En fait, cela était le cas auparavant. L’acquisition d’une résidence principale avant le 1er janvier 2011 pouvait profiter d’un crédit d’impôt immobilier. Ce dernier s’appliquait sur 5 ans. Ainsi, il était à hauteur de 40 % des intérêts du crédit immobilier pendant la première année. Ensuite, pendant les quatre années qui suivent, il était égal à 20 %. Toutefois, ceux qui ont acquis un logement neuf BBC (bâtiment basse consommation) en 2010 peuvent (ou pouvaient) bénéficier d’un crédit d’impôt immobilier à hauteur de 40 % des intérêts d’emprunt payés sur sept ans.

De ce fait, en 2015 (ou 2017 pour les logements neufs BBC), il n’était plus possible de bénéficier d’une réduction d’impôt lorsque vous remboursez un emprunt immobilier pour votre résidence principale. Cependant, le prêt à taux zéro devenant plus avantageux s’est vu se substituer au crédit d’impôt immobilier. Quoi qu’il en soit, il en ressort que si vous souhaitez réduire vos impôts aujourd’hui, il vaut mieux privilégier l’emprunt pour l’immobilier locatif.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *